Arbitrum : une gouvernance (déjà) cassée ?

Déjà de l’eau dans le gaz pour la blockchain Arbitrum et sa DAO, quelques jours seulement après l’airdrop massif de jeton ARB avec une vente de jeton ARB de la part de la fondation sans l’accord de la gouvernance, de quoi même se demander si celle-ci à réellement sa place.

Une vente de jeton massive sans l’accord de la DAO Arbitrum

Tout a commencé le dimanche 2 avril, quand certaines questions indiscrètes ont été posées autour sur la gouvernance d’Arbitrum et plus particulièrement, après que sa fondation centralisée et autoproclamée a vendu des jetons ARB avant la conclusion d’un vote clé sur la gouvernance. En effet, le programme « special grants » permet à la Fondation Arbitrum de recevoir 750 millions de jetons de gouvernance ARB, soit de près de 1 milliard de dollars qu’ils peuvent dépenser sans l’approbation de la DAO.

Des nouvelles qui ont eu une incidence directe sur les investisseurs avec une perte de la valeur de l’ARB de près de 8% pendant que les débats et critiques faisaient rage sur les réseaux sociaux.

Cours ARB USDT

De son côté, la Fondation Arbitrum qualifie simplement le problème comme un « problème de poule et d’œuf » et que certains ajustements sont encore nécessaires pour que la gouvernance atteigne réellement son objectif. Elle souligne également que les « special grants » massifs vont permettre de lutter contre la « fatigue des votants » et permettent de faire face à l’adversité qui fait rage dans les projets blockchains.

Cette première proposition d’amélioration (AIP-1) est considérée comme une simple « ratification » et la Fondation Arbitrum prétend qu’elle a déjà vendu ses jetons de gouvernance pour de la monnaie fiduciaire. De nombreux utilisateurs quant à eux qualifient cette manœuvre de rug pull et ont perdu la confiance qu’ils avaient accordée au projet.

Voir aussi  Pourquoi le GST sur StepN va continuer de baisser

Bien que la Fondation affirme que la gouvernance décentralisée fonctionne comme prévu, de nombreux membres de la communauté crypto sont sceptiques quant à cette affirmation et s’inquiètent de l’impact sur le prix de l’ARB.

Arbitrum fait finalement marche arrière après la contestation de la communauté

Suite à la contestation de la communauté des détenteurs de tokens, la fondation a décidé de faire marche arrière. Dans un tweet supprimé depuis, elle indique : « L’AIP-1 est trop vaste et couvre trop de sujets. Nous suivrons les conseils de la DAO et diviserons l’AIP en plusieurs parties. Cela permettra à la communauté de discuter et de voter sur les différentes sous-sections. »

Une décision qui fait l’unanimité en raison de prise de contrôle de 750 millions de jetons Arbitrum (ARB) d’une valeur d’environ 1 milliard de dollars.

Face à ces critiques, la fondation a annoncé que les 750 millions de jetons seraient soumis à un vote dans sa propre proposition de gouvernance. Elle a également déclaré qu’elle travaillait sur des options pour renforcer la responsabilité, comme une période de rétention (vesting) de quatre ans pour les jetons et que ceux-ci ne pourraient pas être utilisés pour voter.

De plus, la fondation s’engage à faire preuve de transparence en ce qui concerne l’utilisation des fonds en fournissant toutes les informations sur la manière dont ils seront utilisés pour profiter à l’écosystème Arbitrum. Entre les alertes de phishing et les coups bas de la fondation, le moins que l’on puisse dire, c’est qu’Arbitrum n’a plus vraiment le vent en poupe.

Source : Arbitrum AIP-1

Voir aussi  Coral Farm finance (CRL), quand DeFi rime avec écologie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *