Acheter ou vendre du Bitcoin sans plateforme centralisée

Vous souhaitez acheter ou vendre du Bitcoin sans passer par une plateforme d’échange centralisée ? Avec la chute de certains échanges P2P comme Paxful et LocalBitcoins, cette question est plus pertinente que jamais. De plus, l’effondrement de la plateforme FTX a déclenché une croissance importante dans la méthode garde de ses actifs en 2022, avec de nombreux investisseurs en cryptomonnaie passant des échanges centralisés (CEX) à des portefeuilles matériels ou logiciels.

La popularité croissante des méthodes « non custodial » pourrait même potentiellement effacer le besoin d’échanges centralisés un jour, selon le PDG de Binance, Changpeng Zhao. Mais comment acheter ou vendre des cryptomonnaies sans passer par des échanges centralisés aujourd’hui ?

L’industrie de la cryptomonnaie offre déjà des moyens d’échanger des cryptomonnaies telles que Bitcoin contre de l’argent fiat sans utiliser de CEX comme Binance. Cependant, ce processus présente certains avantages et inconvénients et peut nécessiter des recherches supplémentaires. Dans cet article, nous allons discuter des méthodes d’échange les plus simples pour vous aider à acheter ou vendre des cryptomonnaies sans utiliser une plateforme de trading crypto centralisée.

Le distributeur automatique de Bitcoin (ATM)

Les distributeurs automatiques de billets (ATM) compatibles avec le Bitcoin sont probablement l’un des moyens les plus simples d’échanger de l’argent fiat contre des cryptomonnaies et vice versa. Comme les distributeurs automatiques de billets traditionnels, les distributeurs automatiques de bitcoins permettent aux utilisateurs de déposer et de retirer de l’argent en utilisant de l’argent liquide ou une carte de débit. Mais au lieu d’un compte bancaire, un distributeur automatique de bitcoins exige que les utilisateurs disposent d’une adresse de portefeuille BTC pour déposer ou retirer de l’argent.

Comme un distributeur automatique de billets traditionnel, un distributeur automatique de bitcoins dispose d’un écran, d’un scanner QR, d’un accepteur de billets et d’un distributeur. Pour connecter leur portefeuille Bitcoin à un distributeur automatique de cryptomonnaie, les utilisateurs sont généralement invités à scanner un code QR correspondant à leur adresse de portefeuille BTC.

Bien qu’ils offrent un moyen simple d’échanger de l’argent contre des cryptomonnaies, les distributeurs automatiques de bitcoins souffrent d’une adoption mondiale limitée. Selon les données de CoinATMRadar, il y a environ 34 000 distributeurs automatiques de bitcoins dans 80 pays dans le monde, avec près de 85 % de tous les distributeurs automatiques de cryptomonnaies aux États-Unis.

Environ 4 % des distributeurs automatiques de bitcoins se trouvent en Europe, la plupart étant situés en Espagne, en Pologne, en Roumanie, en Suisse et en Autriche.

Une récente baisse des distributeurs

L’infrastructure des distributeurs automatiques de cryptomonnaies dans le monde a également connu une baisse significative récemment. Toujours selon les données de CoinATMRadar, 412 distributeurs automatiques de cryptomonnaies ont été retirés du réseau dans le monde au cours des deux premiers mois de 2023, contre 1 000 installations mensuelles de distributeurs automatiques de cryptomonnaies entre décembre 2020 et janvier 2022.

Compte tenu de la portée limitée des distributeurs automatiques de cryptomonnaies, il ne faut pas compter entièrement sur leur capacité à échanger de l’argent fiat contre des cryptomonnaies. Selon certains dirigeants de l’industrie, les distributeurs automatiques de cryptomonnaies ont aussi été de plus en plus examinés par les régulateurs dernièrement, ce qui pourrait poser encore plus de problèmes à la méthode d’échange.

Pour obtenir des Bitcoin en utilisant des ATM en Europe, il faudra se diriger dans des pays comme la Suisse ou l’Espagne dans lesquels la quantité d’ATM est encore florissante.

Ces distributeurs automatiques ont fourni un excellent service à quiconque souhaitait acheter et vendre du Bitcoin en privé pendant de nombreuses années. Néanmoins, les tendances mondiales démontrent que cette époque touche à sa fin, car les fournisseurs de distributeurs automatiques sont réglementés comme n’importe quelle autre institution financière. Il ne serait pas étonnant que les distributeurs automatiques de bitcoins deviennent nettement moins privés dans un avenir proche.

Voir aussi  Retour des mineurs de Bitcoin ? Les avis des analyses divergent

De plus, il faut aussi souligner le coût élevé des transactions en utilisant ces appareils, avec des frais situés entre 5 et 20%.

Les plateformes d’échange Bitcoin peer-to-peer

Les plateformes d’échange Bitcoin peer-to-peer (P2P) sont parmi les options d’échange de cryptomonnaie les plus courantes, aux côtés des distributeurs automatiques de Bitcoin (ATM). De telles plateformes permettent aux utilisateurs d’échanger directement la monnaie numérique sans avoir besoin d’un tiers centralisé pour faciliter les transactions.

Contrairement aux CEX, les échanges P2P ne reposent pas sur des moteurs automatisés pour effectuer les transactions, permettant aux utilisateurs de choisir manuellement leur offre préférée, de trader directement avec une contrepartie et de transférer des fonds en utilisant un portefeuille dont vous détenez la pleine propriété. De telles plateformes sont moins vulnérables que les CEX en raison de leur indépendance vis-à-vis des intermédiaires contrôlant les fonds pendant un échange.

De nombreux dirigeants de l’industrie estiment que les places de marché P2P sont susceptibles de représenter l’avenir des cryptomonnaies en raison de leurs caractéristiques uniques. « Les échanges P2P sont beaucoup plus résilients face aux répressions réglementaires que les échanges centralisés« , a déclaré Samson Mow, PDG de Jan3, ajoutant qu’il serait bon d’avoir plus d’options P2P.

Malgré tout, les services P2P sont souvent associés à des problèmes de sécurité. Même si c’est probablement la bonne directement pour échanger des cryptomonnaies plus librement, les plateformes sont également susceptibles d’être attaqué à la fois par les régulateurs et les pirates. La récente fermeture de la plateforme LocalBitcoins démontre le poids qui repose sur ce type de structure.

Les intégrations de crypto on-ramp/off-ramp sur les portefeuilles logiciels ou matériels

Les portefeuilles auto-hébergés (non-custodial) offrent une solution courante pour acheter ou vendre des crypto-monnaies sans avoir recours à un échange centralisé (CEX). Ils proposent des solutions on-ramp ou off-ramp fournies par un prestataire tiers de paiement.

Les portefeuilles logiciels tels qu’Exodus et les portefeuilles matériels tels que Ledger et Trezor offrent plusieurs méthodes pour déposer ou retirer des Bitcoins en utilisant le logiciel par défaut via diverses intégrations de paiement. Ils permettent généralement aux utilisateurs d’acheter des crypto-monnaies ou de les échanger contre des devises fiduciaires via des virements bancaires, des paiements par carte de débit ou de crédit, Apple Pay et d’autres options en fonction du pays de résidence de l’utilisateur.

Les intégrations de ces échanges avec les portefeuilles offrent une alternative simple aux services de Bitcoin ATM ou P2P, mais ils peuvent également présenter des problèmes tels que la couverture limitée due à l’adoption encore faible des partenariats de paiement dans le monde entier. Par conséquent, les résidents de nombreux pays peuvent avoir du mal à échanger leurs crypto-monnaies contre des devises fiduciaires, car leurs banques ne sont pas prises en charge par le réseau du prestataire de paiement.

Cependant, les intégrations d’échange de portefeuilles peuvent s’avérer coûteuses en termes de frais. Par exemple, certains fournisseurs d’API tiers sur Exodus Wallet facturent jusqu’à 12 % de frais de transfert.

D’autres solutions encore comme Mt Pelerin permettent d’accéder à un panel de cryptomonnaies facilement et à moindre frais. Dans ce cas-là, l’entreprise agit simplement comme un intermédiaire et vous pouvez recevoir vos cryptomonnaies directement sur vos propres portefeuilles.

Achat crypto Mt Pelerin

Les portefeuilles logiciels et matériels sont généralement intégrés avec plusieurs fournisseurs d’échange, offrant ainsi une grande variété de choix. Parmi ces fournisseurs, on peut citer PayPal, MoonPay, Transak, Sardine, Banxa, Coinbase Pay, Onramp.money et Mercuryo, entre autres.

Échange P2P hors ligne pour acheter ou vendre du Bitcoin ?

Il est possible d’acheter ou de vendre du Bitcoin sans utiliser de services d’échange en ligne. Les transactions hors ligne peuvent être effectuées en personne ou en interagissant avec des investisseurs qui souhaitent obtenir ou céder une crypto-monnaie sur des applications de réseaux sociaux.

Selon Greenspan, de nombreuses alternatives existent pour les transactions hors ligne où l’acheteur rencontre le vendeur en personne, par exemple dans un bureau de change traditionnel ou en passant par un revendeur du marché noir connu, selon l’endroit où vous vivez. Il a mentionné des groupes sur des messagers comme Telegram ou WhatsApp, où les acheteurs et les vendeurs sont en constante connexion.

Voir aussi  Bitcoin : ils minent du BTC sur d’anciennes mines de forage de gaz

L’échange hors ligne P2P de Bitcoin est « le meilleur choix pour les personnes soucieuses de leur vie privée », selon l’analyste BTC de Trezor, Tetek. Il a souligné que l’échange de Bitcoin en personne est essentiellement un retour aux racines de l’échange de BTC. « Les rassemblements Bitcoin sont généralement le meilleur endroit pour trouver des collègues Bitcoiners cherchant un échange », a-t-il déclaré.

Comme tout a des avantages et des inconvénients, l’échange P2P hors ligne n’est pas unique, et certains problèmes majeurs sont associés à cette méthode d’échange de Bitcoin. Les plus grands risques de l’échange P2P hors ligne sont liés à la sécurité et à la scalabilité limitée, car il faut trouver un acheteur/vendeur soi-même. De plus, il y a des préoccupations de sécurité de traiter avec un inconnu et ce n’est pas une solution très évolutive.

Acheter du Bitcoin sur un DEX (plateforme d’échanges décentralisée) est-il possible ?

Lorsque l’on cherche à acheter ou vendre du Bitcoin sans passer par une plateforme centralisée, utiliser un échange décentralisé peut sembler être une alternative intéressante. Toutefois, peut-on considérer qu’un DEX peut remplacer une plateforme centralisée ?

Bien que les DEX offrent la possibilité d’acheter ou de vendre du Bitcoin, leur utilisation nécessite souvent une exposition préalable aux cryptomonnaies. Ainsi, pour acheter ou retirer du Bitcoin sur un DEX, il faut avoir recours à d’autres cryptomonnaies.

Cependant, selon Tetek de Trezor, certains problèmes empêchent actuellement les DEX de constituer une alternative fiable aux CEX pour l’achat et la vente de cryptomonnaies. « Certains des principaux défis sont liés à une expérience utilisateur peu conviviale, à des spreads élevés résultant d’une faible liquidité, ainsi qu’à des préoccupations concernant la réception de Bitcoin ou de fiat « blanchi » », a-t-il expliqué. L’analyste ajoute que ces problèmes doivent être résolus pour encourager l’adoption des DEX.

Cela dépend également de ce que l’on entend par DEX, selon Mow de Jan3. « Si l’on parle d’un DEX basé sur Ethereum, cela ne constitue pas du tout une alternative, car Ethereum n’est pas décentralisé à la base », a déclaré l’exécutif, ajoutant qu’un véritable DEX ne doit pas avoir de partie centralisée pouvant être fermée.

Malgré tout, certaines plateformes permettent des échanges atomiques (atomic swap) comme la plateforme Fixed Float, permettant d’échanger du Bitcoin contre d’autres cryptomonnaies sur différentes blockchains.

Le futur des échanges de crypto-monnaies sera-t-il réellement décentralisé ?

Malgré les options de plus en plus nombreuses pour échanger du Bitcoin contre des devises traditionnelles, les CEX continuent d’être un acteur majeur dans l’industrie.

Les CEX sont en effet un élément important de la découverte des prix et de la liquidité, selon Mow, un partisan du Bitcoin. Selon lui, « les échanges de crypto-monnaies centralisés continueront toujours d’exister, et ils sont un lieu important pour la découverte des prix et la liquidité. Seules les régions qui adoptent une approche autoritaire les forceront à sortir, mais cela est vraiment préjudiciable à leur population. »

Pourtant, certains experts prédisent que l’industrie des crypto-monnaies se passera un jour des échanges centralisés. Greenspan, PDG de Quantum Economics, a déclaré que « pour l’instant, les échanges centralisés restent un fléau nécessaire pour l’industrie, et j’attends avec impatience le jour où nous pourrons nous en passer entièrement. »

Tetek, analyste BTC chez Trezor, a déclaré que les CEX constituent un risque non seulement pour la vie privée et la sécurité des utilisateurs de Bitcoin, mais qu’ils sapent également la raison même de l’existence de Bitcoin – créer un système financier parallèle et soutenir l’autonomie financière de ses détenteurs. Selon lui, les CEX ont sans aucun doute servi d’accélérateur pour l’adoption de Bitcoin dans le passé, mais ils deviennent lentement son « plus grand ennemi. » L’analyste BTC a ajouté : « Je peux certainement imaginer un monde sans aucun CEX. Lorsque Bitcoin deviendra une norme monétaire mondiale, il n’y aura plus besoin d’échanger du Bitcoin contre des devises traditionnelles. ».

En résumé, il existe aujourd’hui des alternatives aux plateformes centralisées, mais elles restent encore limitées en termes de sécurité et d’utilisation. Les CEX ont encore un peu de temps devant elles avant de les voir disparaître complètement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *