Ethereum : Un chercheur découvre une fuite des adresses IP

Un chercheur sur la blockchain Ethereum affirme que le processus de staking révèle des adresses IP suscitant des préoccupations en matière de confidentialité. D’après lui, ces bases de données existent et conserveraient toutes ces informations précieusement en attendant d’être utilisées.

Une traçabilité de l’adresse IP des validateurs sur Ethereum ?

La communauté crypto a exprimé ses inquiétudes quant à la confidentialité d’Ethereum après qu’un chercheur de la Fondation Ethereum a déclaré avoir découvert « en interne » que la validation de l’Ether révélait les adresses IP des utilisateurs.

En effet, Justin Drake, qui travaille comme « chercheur » à la Fondation Ethereum, révélé que les adresses IP des validateurs d’Ethereum étaient surveillées, faisant partie d’un ensemble plus large de métadonnées. Drake a expliqué que ces métadonnées sont utilisées pour suivre un large éventail de choses, y compris les adresses de dépôt et de retrait, les destinataires de frais, ainsi que les adresses IP. D’après ses connaissances et ses informations, il mentionne l’existence d’une base de données.

Lorsque Drake a prédit que des « airdrops spéciaux » pourraient devenir disponibles pour les validateurs en solo, mais pas pour les poids lourds de l’industrie, cela a suscité une certaine agitation sur Twitter. Des commentaires qui ont fait réagir la communauté crypto sur Twitter, certains la qualifiant de « surveillance réelle« , tandis que d’autres ont moqué Drake en lui disant : « Nous pouvons arrêter la censure en censurant ceux que nous n’aimons pas« .

Comment éviter de divulguer son adresse IP en tant que validateur Ethereum ?

En réponse à ces préoccupations, un utilisateur de Twitter a suggéré que les utilisateurs d’Ethereum prennent en main la responsabilité de leur propre confidentialité en installant un système d’exploitation Linux, en utilisant un réseau privé virtuel (VPN) et en stockant les actifs de cryptomonnaie sur un portefeuille matériel tel que Ledger.

Tweet protection IP

Il convient de noter que ConsenSys, l’équipe derrière le portefeuille Ethereum Metamask, a commencé à collecter des adresses IP en novembre afin de se conformer aux exigences de connaître son client (KYC) et de lutte contre le blanchiment d’argent (AML) lorsque cela est nécessaire. Pour palier à ça, de nombreux utilisateurs ont alors changer le RPC par défaut qui était Infura.

Voir aussi  Ethereum annonce (enfin) le fork Shapella

Bien que Drake et la Fondation Ethereum n’aient pas répondu immédiatement aux demandes de commentaires, il est important de prendre en compte les préoccupations de confidentialité soulevées par la communauté de la cryptomonnaie. Les utilisateurs d’Ethereum doivent être conscients des risques associés à la révélation de leurs adresses IP lorsqu’ils valident de l’Ether et prendre des mesures pour protéger leur confidentialité.


Source : Interview YouTube

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *